Que faire au jardin sauvage ?

Pour bon nombre de gens, le terme jardin sauvage n’évoque pas grand-chose et prête souvent à la confusion. Pourtant, c’est un phénomène qui séduit de plus en plus d’adeptes dans certaines régions. Elle trouve sa raison d’être dans une initiative militante qui vise à redonner à la nature ses droits et aussi à préserver l’environnement en général.

Les secrets d’un jardin sauvage harmonieux et équilibré

L’aménagement d’un jardin sauvage n’est pas du tout difficile pour un particulier. Il suffit juste de bien choisir les différentes variétés de plantes à mélanger. Pour s’y retrouver, il faut d’abord bien observer le terrain, mais aussi se renseigner avant de se lancer.

De préférence, il faut privilégier les plantes locales et indigènes. La raison s’explique par le fait que celles-ci sont plus habituées au type de sol et aux conditions de leurs milieux. Cependant, on peut aussi les agrémenter avec d’autres variétés de plantes étrangères pour avoir un aspect plus esthétique tout en gardant cette idée d’équilibre.

Aussi, pour avoir un jardin en harmonie à la nature, il faut prévoir des petits abris pour les différentes espèces animales qui vont venir coloniser le jardin. Le plus souvent, cela peut se réaliser par la mise en place de mangeoires pour les oiseaux, ou encore par des nichoirs pour d’autres espèces. Le plus idéal consiste même à aménager un espace aquatique pour attirer d’autres espèces animales.

Les techniques d’entretien d’un jardin sauvage

Même si le principe de base consiste à laisser la liberté à la nature, un minimum d’entretien est quand même nécessaire pour assurer la pérennité du jardin. Plusieurs choses doivent être prises en compte, notamment le fait d’éviter les traitements chimiques particulièrement nuisibles.

Pour que le jardin ne se transforme pas en friche, il faut aussi bien choisir les outils adaptés pour l’entretien. Il s’agit en principe d’utiliser des outils manuels et dépourvus de moteur.

De plus, pour assurer la tranquillité des petits animaux et insectes qui colonisent le jardin contre les prédateurs, l’édification d’une clôture naturelle faite à base de plantes à épine est une très bonne technique.

Enfin, pour garder la fertilité du sol, les engrais chimiques sont à éviter. Il est préférable d’opter pour le compost fait maison à base de déchets ménagers et végétaux.

Le jardin sauvage, une initiative purement écologique

Pour les associations engagées dans la protection de la nature et de la biodiversité, la multiplication des jardins sauvages est une très bonne chose. Non seulement, elle permet de profiter des bénéfices d’un potager, mais aussi de contempler la beauté de la nature.

Les résultats de nombreuses recherches scientifiques ont aussi démontré les bienfaits de ce genre de pratique. Elle favorise notamment la réinsertion de certaines espèces animales et végétales dans leur espace naturel. C’est d’autant plus vrai que de nos jours, la surface des espaces sauvages se trouve de plus en plus réduite à cause de la croissance démographique et économique actuelle. C’est donc une initiative qui mérite l’admiration et le soutien de tous.

Par ailleurs, comme leur nom l’indique, les jardins sauvages ne nécessitent pas de gros moyens au niveau de leur entretien.

Top des activités insolites pour enfants à Paris
Qu’est-ce que les p’tits bateaux du jardin du Luxembourg ?